Recherche

Images et sentiments

Le coeur scrute au loin.

Ma peau se déchire.

Mes veines éclatent.
Mon sang est bouillant.

Mes mots restent collés

à ma chair.

Ces mots qui disent

( je t’aime)

Mon corps vieilli,

a perdu sa bataille.

Il n’osera plus nager,

dans ces eaux tumultueuses.

De mon regard,

la mer au loin,

s’éloigne de plus en plus,

Ses vagues demeurent silencieuses

et moi,

j’ai juste envie d’écrire mon amour,

sur un nuage, sur une étoile.

(mer, je t’aime, mer, ouvre tes flots,

laisses passer mon regard pour

juste une caresse).

La marée est repartie,

avec tous mes mots,

me dénudant de ce désir ,

toujours présent,

toujours bouillant.


je t’ai écrit

et je ne t’enverrai pas

cette lettre.

je crois au pouvoir

des écrits

que le vent

porte à

leur destination.

citation Frédérique Deghelt

pourtant

ma chair ne cesse de me parler de toi

et s’enivre chaque nuit

même à travers ton silence.

Serais-ce la pleine lune où

le souvenir de toi

qui me cause tant d’émoi

C’est le désert

au creux de moi

le silence a absorbé mes flux

la peau a soif

la chair est sèche

la source ne coule plus

la nuit me parle de toi.

Combien de fois,

ma plume saucée

dans le sang

t’a écrit.

Combien de fois

mes maux

m’ont empêchée.

Des mots de folle passion

mille fois écrits

et déchirés sur la blessure de ma chair.

je voulais tant te dire

( je t’aime encore )

je n’ai rien oublié.

Ces mots bouillants

qui me brûle la peau

sont renfermés

dans un silence

de maux.

et vous qui lisez ces mots, soyez vigilants, restez chez vous. Ouvrez toute grandes vos fenêtres à la lumière et à l’amour. Prenez bien bien soin de vous.♥️

J’ai traversé

l’automne et l’hiver

la chair meurtrie

les veines grises

par manque de bleu.

la pluie écrit

sur ma fenêtre

des mots

que je ne comprends plus

tout est si mystérieux

et pourtant je n’oublie pas

nos douces folies.

pour l’instant le coeur a si mal.

j’attends le printemps et l’été

pour l’accalmie de l’âme.

ce soir

j’ai la vague à l’âme.

Il y a parfois

entre deux personnes

un lien si profond

qu’il continue de vivre

même quand l’un des deux

ne sait plus le voir.

citation Christian Bobin.

très bonne fin de semaine à vous tous qui passés sur mon site 🙂

À ma fenetre

virevoltent les flocons de neige.

Je guette leur souffle tremblant,

qui descendent vêtir les arbres.

À travers leur transparence,

je cherche une lumière.

Je leur tends la main.


Les flocons dessinent sur ma peau,

des images d’antan,

des souvenirs qui me sont chers.

Ugetse.

On peut donner bien des choses

à ceux que l’on aime.
des paroles , un repas, du plaisir.
Tu m’as donné

le plus précieux de tout: le manque.
Il m’était impossible

de me passer de toi,

même quand je te voyais ,

tu me manquais encore.

Christian Bobin.


Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑