Recherche

Images et sentiments

Mois

août 2017

Silence

Dans le silence de la nuit

Elle caresse les souvenirs d’elle et lui

au son de la pluie.

elle exhume le temps qui leur a fui

ses sens en ébullition,

seule dans son lit.

 

La nuit, elle attend le silence

pour meubler son absence

le revoir dans sa puissance

déterrer son adolescence.

 

Elle retrouve dans le silence

des effluves de jeunesse

des états d’ivresse

des sensations au delàs de sa prudence

 

Dans le silence de la nuit,

elle retrace leur ardeur

et la masculinité

de son amant

dans toute sa splendeur.

 

Sa féminité

en toute effervescence

l’emmène en transe

et cette promiscuité

soulage son impatience.

 

Dans le silence de la nuit

elle épie la musique de leur corps

elle se soule sur ses désirs

elle crie

encore et encore

 

Dans le silence de la nuit

elle se  repatrie à lui,

s’étourdie,

oublie ses soucis.

 

Sa chair épouse le silence,

et le souvenir des caresses et des mots

éveille l’amant et son invisible présence.

 

chaque nuit

elle l’aime

en SILENCE.

 

extrait de son journal Janvier2017.

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Le bel inconnu

« Tout quitter est plus facile que tout recommencer. Ailleurs c’est toujours l’inconnu ». Reine Malouin.

Dans le silence d’un beau coucher de soleil, dans un instant bref à l’épicerie, un étranger aux yeux bruns est venu épier l’amante.

L’amante déjà au crépuscule et marquée par les rondeurs de la tristesse à fait s’enfuir le bel  étranger.. Parfois dans le firmament des mots, elle lit l’écriture  des noirs nuages. . Son coeur est clément. Elle comprend que l’aube et le crépuscule ne peuvent vivre ensemble.

Cependant comprenez bien. L’étranger aux yeux bruns n’était pas celui qu’elle attendait pas qu’elle n’aime les yeux bruns.  Celui qu’elle aimait a disparu à tout jamais…le bel inconnu aux yeux très bleus , un fier matou à la voix de velours était celui qu’elle a toujours attendu.

Désormais, elle ne s’attardera plus à lire et interpréter les couleurs des divers couchers de soleil. Elle choisit la tendresse et le non mal.

les souvenirs du bel étranger aux yeux bleux resteront toujours gravés sans amertume  dans son coeur ,  comme un beau cadeau

L’amante.

L’Amant

Qui n’a pas connu les délices d’un amant, la tendresse, la passion, les rendez-vous secrets.

le cœur bat à 2000 milles à l’heure à l’attente de l’amant. Le ventre vous gonfle, vos veines obèses de désir.

vous connaissez déjà son odeur, son souffle dans votre cou, ses caresses, ses mots aphrodisiaques. Chaque minute d’attente amplifie votre soif. La faim de lui ,de ses lèvres sur vos lèvres.

votre épiderme est réveillé, votre peau frisonne. tous  vos sens sont en éveil , un courant électrique vous brûle la chair.

c’est une autre vie, toute une fragilité, un mystère. Votre peau devient une autre épaisseur de la sienne.

vous savez que dès le premier frôlement de sa peau à la vôtre , que le paradis vous est déjà promis.

l’amant va et vient, vous rend folle chaque fois qu’il arrive où part.

vive l’amant, ses joies,  ses peines et ses tourments.

écrit il y a déjà belle lurette. Désormais je prends soin de mes souvenirs en acceptant que je ne pourrai plus jamais les revivre. L’automne est arrivé trop vite .

« elle a joué avec le feu, elle s’est brûlée et malgré la douleur, elle a aimé la danse de la flamme dans son coeur ». Myra Eljundir.

 

 

 

 

 

 

 

Juste pour mettre les pendules à l’heure au cas où il y aurait un doute. Hihihi. La Chouette et le Hibou ne sont pas pareils.

l’echo de mon nom laisse à croire que nous sommes la même elle et moi. . Et non! La Chouette ici est la splendeur du jour . Le hibou est  le mystère de la nuit.

« La poésie est un balcon par lequel j’ai choisi de m’évader « .Denis Heudré

Sur le balcon

de mes pensées,

vous êtes réunis

Chacun(une) favorisés.

 

Sur le balcon

de mes pensées,

j’ai planté

vos mots

 

Sur le balcon

de mes pensées

vos poèmes

à tout jamais

mémorisés.

 

 

 

 

« Si il n’y a pas d’émotion, si il n’y a pas de choc, si on ne réagit pas à la sensibilité, on ne doit pas prendre une photo, c’est la photo qui nous prend. Cartier- Bresson ».

je n’ai pû m’empécher de prendre cette photo.

« Les mots sont des oiseaux sauvages qu’on ne rattrape jamais une fois lâchés. Par Jean Simard »

J’aime les mots.

je trouve les mots,

exquis, délicieux.

Les mots, on les mangent des yeux,

avant même de les dévorer.

Il faut défaire leur coquilles

suavement, langoureusement

avant même de les déguster.

Leur odeur, leur saveur

est délicieuse.

Leur musicalité

chuchottée à l’oreille,

une vraie friandise.

 

Toute  une phrase devient un festin.

J’aime savourer la lecture

de chaque mot

les croquer un à un,

les étirer comme une tire Ste Catherine.

Les lécher comme un bonbon,

qu’on laisse fondre dans la bouche.

 

Ils éclatent sur la peau

comme un fruit bien mûr.

 

Les mots d’amour❤️

quel délice

un banquet offert au goût.

Ils nourrissent tous vos sens,

remplissent votre bouche

et vos entrailles

de plaisir.

 

Les mots d’amour 🔥 enflammés

de votre amant

vous brûle la langue et le palais

.on les fait vibrer dans la bouche

les enroulant autour de notre langue.

On les digèrent

très lentement en sentant

toute notre chair s’incendiée,

nos veines se dilatées

notre féminité volcanique,se réveille et éclate.

 

Les mots sont épicuriens

Ecrivez des mots flambés

à vos amants

Il n’y a rien de plus excitant.

 

Laissez voler vos mots

dans le firmament

des souvenirs.

PAR CONTRE

il y a des mots qui blessent.

des mots qui transpercent les parois

de l’âme,

des coups de tonnerre

des blessures indélibles

Rinsez vos mots à

l’eau de rose avant

de les dédier

à ceux qui vous aime.

 

J’aime les mots.

 

 

Chaque soir

je viens

t’admirer

ta poésie est troublante

tant de couleurs

incomprises

qui te donne

cet air

sublime

je t’aime ciel.

 

 

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑