Recherche

Images et sentiments

 

Telles que les

vocalises de Rachmaninov,

la douceur du violoncelle

enivre son cerveau.

il lui semble qu’elle seule

entends cette mélodie.

Ces notes

qui chatouillent sa chair,

comme des ailes de vent.

Ces sons, semblent venir de loin.

Peut être du fond de son passé.

Son oreille attentive

déballe chaque note

qu’elle offre à ses yeux

comme cadeau..

Elle est immédiatement séduite

par cette nouvelle caresse.

Elle ne sait plus

si les sons viennent de son intérieur

ou extérieur.

Elle entends le

battement de son coeur.

Elle retrouve cette

nourriture de l’âme

qui la ramène

sur le chemin des sensations.

Cette musique exquise des mots

dilate toutes ses veines

et crépite sur sa chair de nouveau enflammée.

Comme elles sont douces douces

ces vocalises venues de

loin loin loin.

Publicités

VIBRER

« un homme n’est complet que lorsqu’il  est capable de vibrer à la beauté d’un chef d’œuvre »  auteur inconnu

Cloisonnées ,

dans nos pensées

Vibrer, ressentir l’oscillation du bonheur.

parcourir l’épiderme

de mon corps.

vibrer au son sourd

du battement de mon coeur

caresser mes vertiges

conforter  mon authenticité

délivrer ma confiance.

installer  la paix

pour que chaque segment

s’imbrique

dans le renouveau

du printemps intérieur.

Vibrer envers et contre tout.

 

Ce soir, j’ai le coeur à la tendresse.

Au crépuscule de ma vie, la tendresse est ma meilleure amie. Elle m’accompagne chaque jour, dans tous les gestes, dans la beauté que m’offre la nature, dans les sublimes couchers de soleil aussi à travers la musique et ses poètes. La tendresse m’accompagne dans les câlins virtuels journaliers de mes filles, par l’amour de ces bons amis et  dans cette constante contemplation. Je pige souvent dans la corbeille des souvenirs. Tendre nostalgie.

Tendresse, cette heureuse sensualité remplie de caresses, cette douce subtilité, cette douceur d’aimer et d’être aimée.

La tendresse, il faut l’avaler avec ivresse.

Si vous avez un amoureux, un cadeau des cieux, profitez de cette richesse,  sinon couvrez votre coeur de caresses et votre quotidien de tendresse.

Vous m’êtes tendres.❤️

 

 

Volets.

« il y a quelque chose de plus fort que la mort, c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants ».Jean D’Ormesson.

Comme  c’est douloureux la perte d’une grande amie. On reconnaît souvent trop tard, à quel point elle nous était précieuse.

On croyais à leur présence pour toute notre vie.

Aprésent, derrière les volets, une palpable obscurité, incorrigible à tout jamais, inéluctable …triste réalité. Avec elle, partie toute une partie de la vie.

Tant de choses encore à se raconter. Tant de choses encore à partager.

Les volets restent clos. Ne plus voir ses yeux. Ne  plus entendre sa voix, suspendue à la tristesse, en silence et à la noirceur.

Un jour les volets s’ouvriront. Le soleil entrera. Les bons souvenirs permettrons d’être reconnaissante d’avoir eu cette grande amie pour tant d’années.

reposes en paix  ma douce amie.

 

 

 » Le temps qui reste, je veux courir, rire, pleurer, parler et voir…et croire et boire. Danser, crier, manger, nager, bondir , déobéir. J’ai pas fini, voler, chanter, partir , repartir, souffrir, aimer . Reste avec moi le temps. » Serge Régianni.

 

 

Le Temps.

Il vous bouffe

votre jeunesse

et vos nuits d’ivresse.

 

Il vous vole

vos vingt ans

c’est un vrai satan

 

Il peint vos cheveux de blanc

et vous bourre de  médicaments.

 

Sans scrupule

Il  emmène dans

une autre obscurité

famille et amis

C’est une vraie Crapule.

 

Il est l’ennemi

qui vous déchire

jusqu’à l’infini

 

Les lendemains

sont toujours

trop proches

Séduisez les avec gavroche.

 

Surtout , ne laissez

pas passer le temps

faites lui violence

remplissez le

de folies et de  douce passion.

 

caressez le

mordez dedans

étirez le sans  cesse

embrassez le

chouchoutez le.

enlacez le

cajolez le

faites lui l’amour

faites lui la tendresse.

 

ATTENDS ATTENDS ATTENDS ATTENDS ATTENDS…….

TOI LE  TEMPS. PRENDS TON TEMPS.

JE T’EN PRIE.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Silence

Dans le silence de la nuit

Elle caresse les souvenirs d’elle et lui

au son de la pluie.

elle exhume le temps qui leur a fui

ses sens en ébullition,

seule dans son lit.

 

La nuit, elle attend le silence

pour meubler son absence

le revoir dans sa puissance

déterrer son adolescence.

 

Elle retrouve dans le silence

des effluves de jeunesse

des états d’ivresse

des sensations au delàs de sa prudence

 

Dans le silence de la nuit,

elle retrace leur ardeur

et la masculinité

de son amant

dans toute sa splendeur.

 

Sa féminité

en toute effervescence

l’emmène en transe

et cette promiscuité

soulage son impatience.

 

Dans le silence de la nuit

elle épie la musique de leur corps

elle se soule sur ses désirs

elle crie

encore et encore

 

Dans le silence de la nuit

elle se  repatrie à lui,

s’étourdie,

oublie ses soucis.

 

Sa chair épouse le silence,

et le souvenir des caresses et des mots

éveille l’amant et son invisible présence.

 

chaque nuit

elle l’aime

en SILENCE.

 

extrait de son journal Janvier2017.

 

 

 

 

 

 

 

Le bel inconnu

« Tout quitter est plus facile que tout recommencer. Ailleurs c’est toujours l’inconnu ». Reine Malouin.

Dans le silence d’un beau coucher de soleil, dans un instant bref à l’épicerie, un étranger aux yeux bruns est venu épier l’amante.

L’amante déjà au crépuscule et marquée par les rondeurs de la tristesse à fait s’enfuir le bel  étranger.. Parfois dans le firmament des mots, elle lit l’écriture  des noirs nuages. . Son coeur est clément. Elle comprend que l’aube et le crépuscule ne peuvent vivre ensemble.

Cependant comprenez bien. L’étranger aux yeux bruns n’était pas celui qu’elle attendait pas qu’elle n’aime les yeux bruns.  Celui qu’elle aimait a disparu à tout jamais…le bel inconnu aux yeux très bleus , un fier matou à la voix de velours était celui qu’elle a toujours attendu.

Désormais, elle ne s’attardera plus à lire et interpréter les couleurs des divers couchers de soleil. Elle choisit la tendresse et le non mal.

les souvenirs du bel étranger aux yeux bleux resteront toujours gravés sans amertume  dans son coeur ,  comme un beau cadeau

L’amante.

L’Amant

Qui n’a pas connu les délices d’un amant, la tendresse, la passion, les rendez-vous secrets.

le cœur bat à 2000 milles à l’heure à l’attente de l’amant. Le ventre vous gonfle, vos veines obèses de désir.

vous connaissez déjà son odeur, son souffle dans votre cou, ses caresses, ses mots aphrodisiaques. Chaque minute d’attente amplifie votre soif. La faim de lui ,de ses lèvres sur vos lèvres.

votre épiderme est réveillé, votre peau frisonne. tous  vos sens sont en éveil , un courant électrique vous brûle la chair.

c’est une autre vie, toute une fragilité, un mystère. Votre peau devient une autre épaisseur de la sienne.

vous savez que dès le premier frôlement de sa peau à la vôtre , que le paradis vous est déjà promis.

l’amant va et vient, vous rend folle chaque fois qu’il arrive où part.

vive l’amant, ses joies,  ses peines et ses tourments.

écrit il y a déjà belle lurette. Désormais je prends soin de mes souvenirs en acceptant que je ne pourrai plus jamais les revivre. L’automne est arrivé trop vite .

« elle a joué avec le feu, elle s’est brûlée et malgré la douleur, elle a aimé la danse de la flamme dans son coeur ». Myra Eljundir.

 

 

 

 

 

 

 

Juste pour mettre les pendules à l’heure au cas où il y aurait un doute. Hihihi. La Chouette et le Hibou ne sont pas pareils.

l’echo de mon nom laisse à croire que nous sommes la même elle et moi. . Et non! La Chouette ici est la splendeur du jour . Le hibou est  le mystère de la nuit.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑