Ah qu’il est doux, le réveil

à la lumière d’un feu d’artifice,

pour si court qu’il soit.

Sur ma peau nue

un souvenir se réveille

et me caresse,

me rempli d’ivresse.

Chaque étincelle colorée

embrasse mon corps

le rends vivant

au delà du désir

et de la passion.

Cette lumière du matin

efface le gris

de la nuit et

me ramène vers lui

ce lui qui me frissonne

et ne m’abandonne,

car là haut

au firmament de mes pensées

à la cadence d’un tango,

il se donne

encore et encore

ce matin

j’ai le feu d’artifice

dans la peau.

et vous qui me lisez, soyez sages, prenez bien soin de vous. Bisous.