Serais-ce la pleine lune où

le souvenir de toi

qui me cause tant d’émoi

C’est le désert

au creux de moi

le silence a absorbé mes flux

la peau a soif

la chair est sèche

la source ne coule plus

la nuit me parle de toi.